Philippe Boissinot

Il est directeur d’études à l’EHESS (TRACES-UMR 5608 du CNRS, Toulouse). Spécialiste de l’épistémologie de l’archéologie, il est l’initiateur de l’archéologie des vignobles en France. Il a étudié les vignobles antiques du sud de la Gaule, mais aussi d’Italie, de Grèce et d’Espagne, tant du point de vue factuel que théorique (landscape archaeology, archéologie du champ) et historique (réflexions sur les liens avec la littérature agronomique).

 

Boissinot P. (2000), « Les vignobles antiques du Midi de la France », Géoarchéologie des paysages de l’Antiquité classique, F. Vermeulen et M. De Dapper (éd.), Gand, Leiden, p. 71-84.

Boissinot P. (2002), « Les façons culturales antiques entre archéologie et littérature agronomique en contexte méditerranéen », Autour d’Olivier de Serres (Actes du colloque du Pradel 2000), A. Belmont (éd.), Bibliothèque d’Histoire Rurale, n° 6, p. 43-56.

Boissinot P. (2009), « Les vignobles des environs de Megara Hyblaea et les traces de la viticulture italienne durant l’Antiquité », Mélanges de l’Ecole Française de Rome Antiquité, n° 121 (1), p. 79-128.

Boissinot P. (2012), « L’archéologie des vignobles antiques en France », Archeologia della Vite e del Vino in Etruria. Dalle tecniche della ricerca archeologica alle prospettive della biologia molecolare, A. Zifferero (éd.), Sienne, p. 41-54.