Atelier AgroCCol 18 octobre 2021

Nous aurons le plaisir d’entendre le lundi 18 octobre à 14h une présentation de Georges Raepsaet (Université libre de Bruxelles) :

« La moisson de l’épeautre à l’aide du vallus (Pline HN 18, 296) ou vehiculum (Palladius 7,2). De Palladius à l’archéologie expérimentale. »

Cette conférence aura lieu à l’ENS de Lyon, salle D2-128 (14h-16h).

Résumé : Les modes opératoires et les outils de la moisson, de la faucille à la grande faux, sont connus par les textes, l’iconographie et l’archéologie, et font l’objet de commentaires nombreux depuis l’Antiquité, alimentant même, depuis quelques années, des thèses doctorales définissant les outils de coupe et leur mode d’action.  Une machine plus élaborée, ignorée de Varron et Columelle, est mentionnée par Pline (HN 18, 296) et commentée assez longuement par Palladius (7,2). Son usage semble limité à la Gaule. Emblème d’une technologie productive efficace pour les uns, gadget gaspilleur pour les autres, la moissonneuse gallo-romaine fascine les historiens de l’agriculture depuis le 18e siècle. Si Pierre de Crescens et Olivier de Serres se contentaient de paraphraser la description des Scriptores, c’est à Gesner, dans l’édition de Leipzig de 1735, que l’on doit première mise en image de la moissonneuse dans le frontispice gravé par Bernard Picart, à Dickson, au milieu du XVIIIe siècle, le premier commentaire critique, et à Lasteyrie le dessin qui inspirera au début du XIXe siècle les ingénieurs anglo-saxons, américains et australiens, inventeurs des premiers reapers modernes qui révolutionneront définitivement la moisson.

La machine de Pline et Palladius, représentée avec précision sur le relief funéraire découvert à Buzenol en 1958, a fait l’objet depuis de plusieurs tentatives de reconstitutions et d’expérimentations pour en apprécier la performance et la valeur. Les plus récentes, réalisées par une équipe interdisciplinaire au Domaine de Malagne (Rochefort.B) utilisent par ailleurs un attelage à brancard, à une tête, utilisée en propulsion aux traits, une « première » dans l’agriculture européenne. Il induit une pensée combinatoire originale, qui convoque aussi, à la suite des hypothèses de François Sigaut, les recherches les plus récentes de la paléobotanique.

Textes et iconographie antiques relaient  et transposent des réalités observées. On ne peut que souligner la justesse de la relation de Palladius laquelle, si elle ne résout pas toutes les questions que l’on peut se poser, n’en relève pas moins du traité technique analytique, à cent lieues de toute intention fictionnelle et rhétorique. Qu’elle soit didactique à large spectre ou à public ciblé, nous avons bien affaire ici à une information technologique et agronomique précise dont l’archéologie la plus récente démontre l’intérêt. Le dialogue interdisciplinaire est constamment sollicité dans la mise en œuvre documentaire.

Cette conférence aura lieu dans le respect des consignes sanitaires en vigueur.

Contact : maelys.blandenet@ens-lyon.fr

Extended deadline: call for papers for the next AgroCCol conference (June 1-3, 2022)

We are writing to share the extended deadline for the upcoming conference : « Text and Practice: Interdisciplinary Dialogues on the Status of the Agricultural Treatise ».

The deadline for abstract submissions has been extended to October 1st.

See the call for papers-AgroCCol.

Proposals, in the form of an abstract of about 300 words, should be sent before October 1st to Maëlys Blandenet (maelys.blandenet@ens-lyon.fr), Marine Bretin-Chabrol (marine.bretin-chabrol@univ-lyon3.fr) and Pascal Luccioni (pascal.luccioni@univ-lyon3.fr). Proposals in French and English are accepted. The conference will be held in Lyon from June 1 to 3, 2022, with no registration fee, and transportation and accommodation costs may be covered.

Prolongation de l’appel à communication: 1er octobre 2021

L’appel à communication pour le colloque “Le texte et la pratique : dialogues pluridisciplinaires sur le statut du traité d’agriculture” (Lyon, 1-3 juin 2022) a été prolongé au 1er octobre 2021. Voir l’Appel à communication-AgroCCol.

Les propositions de communication, sous forme d’un résumé de 300 mots environ, sont à envoyer avant le 15 septembre 2021 à Maëlys Blandenet (maelys.blandenet@ens-lyon.fr), Marine Bretin-Chabrol (marine.bretin-chabrol@univ-lyon3.fr) et Pascal Luccioni (pascal.luccioni@univ-lyon3.fr). Sont acceptées les propositions en français et en anglais. Le colloque se tiendra à Lyon du 1er au 3 juin 2022, sans frais d’inscription, et les frais de transports et d’hébergement pourront être pris en charge.

Call for papers for the next AgroCCol conference (June 1-3, 2022)

We are pleased to announce that, within the framework of the AgroCCol project, a conference will be held in Lyon from June 1 to 3, 2022:

 Text and Practice: Interdisciplinary Dialogues on the Status of the Agricultural Treatise (from Antiquity to the present day).

See the call for papers-AgroCCol.

Proposals, in the form of an abstract of about 300 words, should be sent before September 15, 2021 to Maëlys Blandenet (maelys.blandenet@ens-lyon.fr), Marine Bretin-Chabrol (marine.bretin-chabrol@univ-lyon3.fr) and Pascal Luccioni (pascal.luccioni@univ-lyon3.fr). Proposals in French and English are accepted. The conference will be held in Lyon from June 1 to 3, 2022, with no registration fee, and transportation and accommodation costs may be covered.

Appel à communication pour le prochain colloque AgroCCol (1-3 juin 2022)

Nous avons le plaisir de vous annoncer que, dans le cadre du programme AgroCCol, aura lieu un colloque à Lyon du 1er au 3 juin 2022 :

 Le texte et la pratique : dialogues pluridisciplinaires sur le statut du traité d’agriculture (de l’Antiquité à nos jours)

Voir l’Appel à communication-AgroCCol.

Les propositions de communication, sous forme d’un résumé de 300 mots environ, sont à envoyer avant le 15 septembre 2021 à Maëlys Blandenet (maelys.blandenet@ens-lyon.fr), Marine Bretin-Chabrol (marine.bretin-chabrol@univ-lyon3.fr) et Pascal Luccioni (pascal.luccioni@univ-lyon3.fr). Sont acceptées les propositions en français et en anglais. Le colloque se tiendra à Lyon du 1er au 3 juin 2022, sans frais d’inscription, et les frais de transports et d’hébergement pourront être pris en charge.

Conférence 5 octobre – atelier AgroCCol

Nous aurons le plaisir d’entendre le lundi 5 octobre à 14h une conférence de Clémence Pagnoux (École française d’Athènes), spécialiste d’archéobotanique : « Les Grecs sont-ils des mangeurs d’orge ? État des lieux des données carpologiques et écrites relatives aux céréales en Grèce ancienne. »

 

En raison des conditions sanitaires, Clémence Pagnoux nous parlera depuis Athènes; il sera donc possible de participer à cette conférence à la fois à l’ENS de Lyon et en ligne :

à l’ENS de Lyon : salle D8-007

en ligne : https://ent-services.ens-lyon.fr/entVisio (meeting: AtelierAgroCCol ; mot de passe : AgroCCol)

 

N.B. : Pour éviter tout problème de connexion, merci de ne pas utiliser Safari, et de suivre les conseils du tutoriel ci-dessous. Et pour assister à la conférence à l’ENS de Lyon, en raison de la pandémie, la préinscription est obligatoire (au moins 24h à l’avance), en envoyant un mail à : maelys.blandenet@ens-lyon.fr

 

Résumé : Depuis les travaux de M.-C. Amouretti, de nouvelles données carpologiques conduisent à poser de nouveau la question de l’importance de l’orge, traditionnellement considérée comme la céréale principale en Grèce ancienne, mais également de s’interroger sur l’importance relative des différentes espèces de blé. Un inventaire des données carpologiques disponibles combiné à l’étude des noms qui sont donnés aux céréales dans la littérature grecque permet d’approcher ces questions.

 

Vous y êtes chaleureusement invité.e.s !

 

Affiche 5 octobre

utilisation_webconference_ENS_de_Lyon

Atelier AgroCCol 16 mars 2020

Le lundi 16 mars, à partir de 14h (ENS de Lyon, D8-003), nous aurons le plaisir d’entendre :

– Georges Raepsaet (professeur émérite, Université Libre de Bruxelles) : « La moisson de l’épeautre avec un vallus (Pline HN 18, 296) ou vehiculum (Palladius 7,2) »

– Clémence Pagnoux (membre de l’École française d’Athènes) : « Les Grecs sont-ils des mangeurs d’orge ? Etat des lieux des données carpologiques et écrites relatives aux céréales en Grèce ancienne »

Vous y êtes chaleureusement invité.e.s !

Résumés

– G. Raepsaet :

Les modes opératoires et les outils de la moisson, de la faucille à la grande faux, sont connus par les textes, l’iconographie et l’archéologie, font l’objet de commentaires nombreux depuis l’Antiquité et alimentent même, depuis quelques années, des thèses doctorales définissant des typologies raisonnées des outils de coupe.  Une machine plus élaborée, ignorée de Columelle, est mentionnée par Pline (HN 18, 296) et Palladius (7,2). Appelée parfois moissonneuse ou vallus, son usage semble limité à la Gaule. Emblème d’une technologie productive efficace pour les uns, gadget gaspilleur pour les autres, la moissonneuse gallo-romaine fascine les historiens de l’agriculture depuis le XVIIIe siècle. Elle a fait l’objet de plusieurs expérimentations dont les plus récentes, réalisées par une équipe interdisciplinaire au Domaine de Malagne (Rochefort, Belgique), tendent à valider son efficacité dans la moisson de l’épeautre. Son fonctionnement implique un attelage à brancard, à une tête, utilisée en propulsion aux traits, une « première » dans l’agriculture européenne. Il induit une pensée combinatoire originale.

Clémence Pagnoux :

Depuis les travaux de M.-C. Amouretti, de nouvelles données carpologiques conduisent à poser de nouveau la question de l’importance de l’orge, traditionnellement considérée comme la céréale principale en Grèce ancienne, mais également de s’interroger sur l’importance relative des différentes espèces de blé. Un inventaire des données carpologiques disponibles combiné à l’étude des noms qui sont donnés aux céréales dans la littérature grecque permet d’approcher ces questions.

Atelier AgroCCol 24/06/2019

Nous aurons le plaisir d’accueillir dans le prochain atelier Hamidou Richer pour une communication consacrée aux phytonymes dans la poésie grecque archaïque et hellénistique (Hésiode, Théocrite). Elle sera suivie d’une discussion, et aura lieu le lundi 24 juin à l’ENS de Lyon (site Descartes), salle D4-024, de 10h à 12h30.

Résumé : L’étude des phytonymes et des poèmes hésiodiques permet d’éclaircir bien des points de l’idylle X de Théocrite, qui met en scène des moissonneurs et non des pâtres. La communication abordera en particulier quatre questions : quelle plante désigne le terme cactos ? Pourquoi appeler une joueuse de flûte Bombyka ? Comment se moquer d’un moissonneur amoureux ? Lityersès chantait-il les poèmes d’Hésiode, lorsqu’il coupait des têtes ?

Hamidou Richer, ancien élève de l’ENS Ulm, agrégé de grammaire, est docteur de l’université de Lyon et membre associé de l’ERIAC (EA 4705). Après avoir consacré sa thèse à la constitution  de la poésie bucolique comme genre littéraire et à sa réception, il travaille actuellement sur la vie de Théocrite et les épigrammes de l’anthologie palatine.

Atelier AgroCCol 29/03/2019

Le prochain atelier AgroCCol sera consacré à l’archéoentomologie autour de l’intervention de Jean-Bernard Huchet, qui portera sur les insectes parasites des denrées stockées de Pompéi (légumineuses, céréales et olives). Il aura lieu le vendredi 29 mars à 14h (ENS de Lyon, salle D4 024).

Les légumineuses dans les systèmes de grande culture aujourd’hui.

Elise Perlzer (INRA-AgroParisTech) a présenté une conférence sur “les légumineuses dans les systèmes de grande culture aujourd’hui”, avec Stéphane Martin (HeRMa) pour répondant, le 7 décembre 2018 à l’ENS de Lyon, dans le cadre d’un atelier CEreaLIA, “les légumineuses et les cultures de plein champ : dialogue entre l’Antiquité et le monde contemporain.”