Poster pour le colloque Humanistica 2020

À l’occasion du colloque organisé par l’association Humanistica en 2020 à Bordeaux, un poster a été élaboré par Sarah Orsini pour présenter les objectifs et les méthodes de l’édition numérique à paraître en juillet 2021 sur le site https://agriculture-antiquite.huma-num.fr

Ce poster présente les objectifs du projet numérique AgroCCol : fournir une édition numérique permettant à la fois de donner accès aux textes agronomiques de l’Antiquité (en latin, en grec et en traduction) mais aussi d’en faciliter la compréhension grâce à divers outils : appareil de notes, recherche par mots-clés, recherche plein texte, dictionnaire technique sur les plantes et les outils, notices synthétiques sur les pratiques culturales. Il s’agit également d’un lieu de réflexion sur les pratiques éditoriales numériques, avec un important volet de documentation et d’un support de formation (stages).

Lien vers le poster : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02876651v2 (le document est trop volumineux pour être visionné directement sur HAL mais il peut être téléchargé).

Conférence 5 octobre – atelier AgroCCol

Nous aurons le plaisir d’entendre le lundi 5 octobre à 14h une conférence de Clémence Pagnoux (École française d’Athènes), spécialiste d’archéobotanique : « Les Grecs sont-ils des mangeurs d’orge ? État des lieux des données carpologiques et écrites relatives aux céréales en Grèce ancienne. »

 

En raison des conditions sanitaires, Clémence Pagnoux nous parlera depuis Athènes; il sera donc possible de participer à cette conférence à la fois à l’ENS de Lyon et en ligne :

à l’ENS de Lyon : salle D8-007

en ligne : https://ent-services.ens-lyon.fr/entVisio (meeting: AtelierAgroCCol ; mot de passe : AgroCCol)

 

N.B. : Pour éviter tout problème de connexion, merci de ne pas utiliser Safari, et de suivre les conseils du tutoriel ci-dessous. Et pour assister à la conférence à l’ENS de Lyon, en raison de la pandémie, la préinscription est obligatoire (au moins 24h à l’avance), en envoyant un mail à : maelys.blandenet@ens-lyon.fr

 

Résumé : Depuis les travaux de M.-C. Amouretti, de nouvelles données carpologiques conduisent à poser de nouveau la question de l’importance de l’orge, traditionnellement considérée comme la céréale principale en Grèce ancienne, mais également de s’interroger sur l’importance relative des différentes espèces de blé. Un inventaire des données carpologiques disponibles combiné à l’étude des noms qui sont donnés aux céréales dans la littérature grecque permet d’approcher ces questions.

 

Vous y êtes chaleureusement invité.e.s !

 

Affiche 5 octobre

utilisation_webconference_ENS_de_Lyon

L’équipe AgroCCol accueille trois stagiaires

Nous sommes très heureux d’accueillir trois stagiaires pour le mois de juin : Margaux Adam, Etienne Pittoni et Camilo Salazar, tous trois étudiants de lettres classiques. Ils participent à l’édition numérique des textes agronomiques. Après une formation d’une semaine à l’édition XML-TEI, ils ont pris en charge des extraits d’Hésiode, Varron et Pline afin de les structurer, de réaliser une indexation thématique et de les lemmatiser automatiquement à l’aide du logiciel TXM. Grâce à eux l’analyse et l’encodage du corpus avance à toute vitesse. Nous leur souhaitons la bienvenue dans l’équipe et les remercions d’investir tant d’énergie dans ces conditions si particulières de télé-travail quotidien.

Atelier AgroCCol 16 mars 2020

Le lundi 16 mars, à partir de 14h (ENS de Lyon, D8-003), nous aurons le plaisir d’entendre :

– Georges Raepsaet (professeur émérite, Université Libre de Bruxelles) : « La moisson de l’épeautre avec un vallus (Pline HN 18, 296) ou vehiculum (Palladius 7,2) »

– Clémence Pagnoux (membre de l’École française d’Athènes) : « Les Grecs sont-ils des mangeurs d’orge ? Etat des lieux des données carpologiques et écrites relatives aux céréales en Grèce ancienne »

Vous y êtes chaleureusement invité.e.s !

Résumés

– G. Raepsaet :

Les modes opératoires et les outils de la moisson, de la faucille à la grande faux, sont connus par les textes, l’iconographie et l’archéologie, font l’objet de commentaires nombreux depuis l’Antiquité et alimentent même, depuis quelques années, des thèses doctorales définissant des typologies raisonnées des outils de coupe.  Une machine plus élaborée, ignorée de Columelle, est mentionnée par Pline (HN 18, 296) et Palladius (7,2). Appelée parfois moissonneuse ou vallus, son usage semble limité à la Gaule. Emblème d’une technologie productive efficace pour les uns, gadget gaspilleur pour les autres, la moissonneuse gallo-romaine fascine les historiens de l’agriculture depuis le XVIIIe siècle. Elle a fait l’objet de plusieurs expérimentations dont les plus récentes, réalisées par une équipe interdisciplinaire au Domaine de Malagne (Rochefort, Belgique), tendent à valider son efficacité dans la moisson de l’épeautre. Son fonctionnement implique un attelage à brancard, à une tête, utilisée en propulsion aux traits, une « première » dans l’agriculture européenne. Il induit une pensée combinatoire originale.

Clémence Pagnoux :

Depuis les travaux de M.-C. Amouretti, de nouvelles données carpologiques conduisent à poser de nouveau la question de l’importance de l’orge, traditionnellement considérée comme la céréale principale en Grèce ancienne, mais également de s’interroger sur l’importance relative des différentes espèces de blé. Un inventaire des données carpologiques disponibles combiné à l’étude des noms qui sont donnés aux céréales dans la littérature grecque permet d’approcher ces questions.

Une exposition à voir en ligne : « Le Ménage des champs : du savoir agricole antique aux livres d’agriculture de la Renaissance »

https://www.bm-lyon.fr/expositions-en-ligne/agriculture_antique_renaissance/

Cette exposition virtuelle est née de la rencontre, à Lyon, entre un programme de recherche interdisciplinaire et un fonds documentaire. Le programme AgroCCol réunit des chercheurs en littérature grecque et latine, archéologie et botanique, pour étudier le corpus agronomique antique et en particulier le traité de l’auteur latin Columelle (Ier s. ap. J.-C.). Quant au fonds documentaire, il est constitué par les ressources exceptionnelles que possède la Bibliothèque municipale de Lyon dans le domaine des livres d’agriculture publiés entre le XVIe et le XIXe siècle.

            Cette exposition est donc conçue à la fois comme un parcours dans les collections de la BmL – parcours complété par des emprunts à d’autres bibliothèques européennes ou américaines – et comme une enquête sur un phénomène décisif dans l’histoire du discours agronomique : la transmission et l’appropriation des textes antiques, qui a conduit, au début de l’époque moderne, à la création d’un corpus nouveau dans les différentes langues européennes. À travers cet aperçu sur un moment d’histoire, l’exposition entend participer aux questionnements actuels sur l’histoire de l’agriculture et sur son avenir : comment les savoirs agricoles se sont-ils transmis dans l’histoire ? À quels publics destinait-on les livres d’agriculture ? Comment ces savoirs se sont-ils articulés aux pratiques elles-mêmes, à la fois pour en rendre compte et pour les modifier ? Quels usages peut-on faire aujourd’hui de savoirs appartenant à un âge ancien de l’agriculture ?

Commissaire de l’exposition : Michel Jourde

Coordination avec la BmL : Jérôme Sirdey

Coordination avec le programme AgroCCol : Maëlys Blandenet

Rédaction des notices et des textes, choix des documents : Maëlys Blandenet (HiSoMA, ENS de Lyon) ; Samir Boumediene (IHRIM, CNRS) ; Marine Bretin-Chabrol (HiSoMA, Université Lyon 3) ; Martine Furno (IHRIM, Université Grenoble-Alpes) ; Jean-Louis Gaulin (CIHAM, Université Lyon 2) ; Michel Jourde (IHRIM, ENS de Lyon) ; Thomas Lorson (ENS de Lyon) ; Pascal Luccioni (HiSoMA, Université Lyon 3) ; Magdeleine Nivault (ENS de Lyon) ; Claire Varin d’Ainvelle (ENS de Lyon)

Table-ronde le samedi 30 novembre 2019, 14h-18h à la BML

« Savoirs agricoles anciens : quels usages pour aujourd’hui ? »

À l’occasion de la mise en ligne de l’exposition virtuelle « Le ménage des champs : du savoir agricole antique aux livres d’agriculture de la Renaissance » (associée au projet AgroCCol), cette table-ronde réunira des participants qui, dans leurs pratiques ou leurs recherches, sont amenés à réfléchir aux usages qui peuvent être faits aujourd’hui des savoirs agricoles « anciens », qu’ils soient antiques ou simplement antérieurs à la grande révolution agronomique des XVIIIe et XIXe siècles. Dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire, différents domaines seront abordés : la notion de « progrès » en agronomie ; le vin et ses « traditions » ; l’approche patrimoniale ; les représentations sociales, littéraires ou artistiques de l’agriculture.

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=agenda_date_id&source=326&date_id=14568

Cet événement réunira Jean-Pierre Bolognini, berger et agriculteur en Corse ; Antoine Jacobsohn, responsable du Potager du Roi à Versailles ; la romancière Marie-Hélène Lafon ; le réalisateur Dominique Marchais ; l’anthropologue Christelle Pineau et la journaliste Ruth Stegassy. Nous aurons également le plaisir d’entendre le témoignage de Katharine Earnshaw, enseignant-chercheur à l’université d’Exeter (Royaume-Uni), sur un projet associant les Géorgiques de Virgile aux pratiques agricoles d’aujourd’hui et à la création artistique contemporaine (interprète: Véronique Litet).

La table-ronde sera animée par Michel Jourde (IHRIM) et Maëlys Blandenet (HiSoMA).

La table-ronde aura lieu à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale de Lyon (30, boulevard Vivier Merle, Lyon 3e), de 14h à 18h. L’entrée est gratuite, sans réservation.

Toutes les personnes intéressées sont chaleureusement invitées !

Savoirs agricoles anciens_30_11_19

Organisation : Michel Jourde (ENS de Lyon, IRHIM) ; Jérôme Sirdey (Bibliothèque Municipale de Lyon) ; Maëlys Blandenet (ENS de Lyon, HiSoMA)

Contact : maelys.blandenet@ens-lyon.fr ; michel.jourde@ens-lyon.fr

Cette table-ronde est financée par le projet CEreaLIA (ENS de Lyon), avec le soutien de la Bibliothèque Municipale de Lyon.

Le projet AgroCCol à la fête de la Science 2019

Exposition de posters et rencontre avec les lycéens (7-10 octobre 2019)

Le Lundi 7 octobre 2019, dans la galerie d’exposition du bâtiment D3 de l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes) a eu lieu l’inauguration d’une collection de posters sur les apports des humanités numériques dans la recherche en lettres, langues et sciences humaines et sociales. Cette manifestation a été organisée par l’Atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon dans le cadre de la Fête de la Science. Pour cette occasion, Sarah Orsini a réalisé un poster présentant le projet d’édition numérique mis en œuvre dans le cadre d’AgroCCol.

Ce poster, intitulé « Éditer et commenter les traités d’agriculture de l’Antiquité – Les humanités numériques dans le projet AgroCCol » présente la sélection des textes agronomiques grecs et latins qui feront l’objet d’une édition numérique en open access. Il expose également les méthodes d’encodage adoptées pour permettre la circulation entre les textes, faciliter leur compréhension, effectuer des recherches de termes techniques (outils, plantes, pratiques) dans plusieurs langues et dans des langues flexionnelles.

Tous les posters réalisés à l’occasion de cette manifestation ont été présentés le jeudi 10 octobre 2019 aux lycéens invités à l’ENS de Lyon dans le cadre de la Fête de la Science. Séverine Gedzelman (Ingénieure d’études CNRS – ENS de Lyon) et Sarah Orsini (ingénieure d’études – AgroCCol – ENS de Lyon) ont accueilli deux groupes de lycéens pour une visite guidée de l’exposition. Cette rencontre avec les lycéens fut l’occasion de vifs échanges au sujet des missions des chercheurs, de la transformation de la recherche à l’ère du numérique et d’une présentation des outils numériques utilisés par les chercheurs dans les différents projets.

Atelier AgroCCol 24/06/2019

Nous aurons le plaisir d’accueillir dans le prochain atelier Hamidou Richer pour une communication consacrée aux phytonymes dans la poésie grecque archaïque et hellénistique (Hésiode, Théocrite). Elle sera suivie d’une discussion, et aura lieu le lundi 24 juin à l’ENS de Lyon (site Descartes), salle D4-024, de 10h à 12h30.

Résumé : L’étude des phytonymes et des poèmes hésiodiques permet d’éclaircir bien des points de l’idylle X de Théocrite, qui met en scène des moissonneurs et non des pâtres. La communication abordera en particulier quatre questions : quelle plante désigne le terme cactos ? Pourquoi appeler une joueuse de flûte Bombyka ? Comment se moquer d’un moissonneur amoureux ? Lityersès chantait-il les poèmes d’Hésiode, lorsqu’il coupait des têtes ?

Hamidou Richer, ancien élève de l’ENS Ulm, agrégé de grammaire, est docteur de l’université de Lyon et membre associé de l’ERIAC (EA 4705). Après avoir consacré sa thèse à la constitution  de la poésie bucolique comme genre littéraire et à sa réception, il travaille actuellement sur la vie de Théocrite et les épigrammes de l’anthologie palatine.

Atelier AgroCCol 29/03/2019

Le prochain atelier AgroCCol sera consacré à l’archéoentomologie autour de l’intervention de Jean-Bernard Huchet, qui portera sur les insectes parasites des denrées stockées de Pompéi (légumineuses, céréales et olives). Il aura lieu le vendredi 29 mars à 14h (ENS de Lyon, salle D4 024).

Conférences de Thorsten Fögen les 11 et 12 mars 2019

Nous sommes heureux de vous annoncer que Thorsten Fögen tiendra deux conférences à Lyon les 11 et 12 mars 2019 :

– « Technical Literature in Late Antiquity »

Lundi 11 mars, 14h-16h, ENS de Lyon (15, parvis René Descartes), salle D2-102

La conférence traitera de la littérature latine technique de l’Antiquité tardive et de la définition générique de ce corpus. Seront abordées en particulier les œuvres de Marcellus Empiricus, Végèce et Palladius.

– « Animals and Space in Roman Agricultural Literature »

Mardi 12 mars, 16h-17h30, Université Lyon 3 (18, rue Chevreul), salle CH302

 

Thorsten Fögen est Associate Professor à l’université de Durham, UK (Department of Classics & Ancient History). Il est spécialiste de la littérature latine scientifique de l’Empire romain, qu’il étudie dans une perspective générique, pragmatique et idéologique. Il a publié en particulier : Wissen, Kommunikation und Selbstdarstellung. Zur Struktur und Charakteristik römischer Fachtexte der frühen Kaiserzeit, München, C. H. Beck, 2009.

Éditions en cours

Deux types d’éditions sont en cours :

  • D’abord est en cours une édition scientifique des livres I et II des Res rusticae de Columelle. L’édition du livre I sera réalisée par Jean Christian Dumont et Marine Bretin-Chabrol ; celle du livre II sera réalisée par Maëlys Blandenet et Marine Bretin-Chabrol.
  • Ensuite une édition du corpus numérique en XML sera consacrée aux textes agronomiques antiques traitant de la culture des céréales et des légumineuses.

GIS Humanités – Étudier aujourd’hui les traités d’agronomie antiques : l’apport de la pluridisciplinarité et des humanités numériques

Lors du congrès du GIS Humanités, qui s’est tenu sur Lyon les 17, 18, et 19 décembre 2019 (et dont vous pouvez retrouver le programme ici : programme_GIS_Humanités), Maëlys Blandenet et Marine Bretin-Chabrol ont donné une conférence afin de présenter le projet AgroCCol. En voici un bref compte-rendu.

 

Le traité de matière rustique de Columelle, appelé en latin De re rustica ou Res rustica, est une source utilisée aujourd’hui par des chercheurs de disciplines différentes et quelques praticiens. L’ambition scientifique du projet présenté est de croiser les perspectives autour d’une thématique resserrée et encore peu étudiée en tant que telle chez cet auteur, à savoir la culture des céréales et des légumineuses, que Columelle expose principalement au livre II de son traité, afin de pouvoir aborder notre sujet sous différentes facettes pour en affiner et en nuancer l’approche. Entre la critique ancienne qui ne voyait dans un tel texte qu’un catalogue de realia et l’approche pragmatique la plus radicale qui tend à ne considérer ces textes que comme de pures fictions littéraires, nous nous engageons sur une voie moyenne, en postulant que cet ouvrage a bien pour vocation de transmettre un savoir scientifique et technique, mais que ce savoir, élaboré dans un contexte culturel éloigné du nôtre, n’obéit pas aux mêmes types de conceptions et d’intentions qu’un traité agronomique européen contemporain. Cette enquête a pour atouts méthodologiques la constitution d’une équipe pluridisciplinaire et l’articulation entre édition traditionnelle et édition numérique.

Continuer la lecture