Atelier AgroCCol 18 octobre 2021

Nous aurons le plaisir d’entendre le lundi 18 octobre à 14h une présentation de Georges Raepsaet (Université libre de Bruxelles) :

« La moisson de l’épeautre à l’aide du vallus (Pline HN 18, 296) ou vehiculum (Palladius 7,2). De Palladius à l’archéologie expérimentale. »

Cette conférence aura lieu à l’ENS de Lyon, salle D2-128 (14h-16h).

Résumé : Les modes opératoires et les outils de la moisson, de la faucille à la grande faux, sont connus par les textes, l’iconographie et l’archéologie, et font l’objet de commentaires nombreux depuis l’Antiquité, alimentant même, depuis quelques années, des thèses doctorales définissant les outils de coupe et leur mode d’action.  Une machine plus élaborée, ignorée de Varron et Columelle, est mentionnée par Pline (HN 18, 296) et commentée assez longuement par Palladius (7,2). Son usage semble limité à la Gaule. Emblème d’une technologie productive efficace pour les uns, gadget gaspilleur pour les autres, la moissonneuse gallo-romaine fascine les historiens de l’agriculture depuis le 18e siècle. Si Pierre de Crescens et Olivier de Serres se contentaient de paraphraser la description des Scriptores, c’est à Gesner, dans l’édition de Leipzig de 1735, que l’on doit première mise en image de la moissonneuse dans le frontispice gravé par Bernard Picart, à Dickson, au milieu du XVIIIe siècle, le premier commentaire critique, et à Lasteyrie le dessin qui inspirera au début du XIXe siècle les ingénieurs anglo-saxons, américains et australiens, inventeurs des premiers reapers modernes qui révolutionneront définitivement la moisson.

La machine de Pline et Palladius, représentée avec précision sur le relief funéraire découvert à Buzenol en 1958, a fait l’objet depuis de plusieurs tentatives de reconstitutions et d’expérimentations pour en apprécier la performance et la valeur. Les plus récentes, réalisées par une équipe interdisciplinaire au Domaine de Malagne (Rochefort.B) utilisent par ailleurs un attelage à brancard, à une tête, utilisée en propulsion aux traits, une « première » dans l’agriculture européenne. Il induit une pensée combinatoire originale, qui convoque aussi, à la suite des hypothèses de François Sigaut, les recherches les plus récentes de la paléobotanique.

Textes et iconographie antiques relaient  et transposent des réalités observées. On ne peut que souligner la justesse de la relation de Palladius laquelle, si elle ne résout pas toutes les questions que l’on peut se poser, n’en relève pas moins du traité technique analytique, à cent lieues de toute intention fictionnelle et rhétorique. Qu’elle soit didactique à large spectre ou à public ciblé, nous avons bien affaire ici à une information technologique et agronomique précise dont l’archéologie la plus récente démontre l’intérêt. Le dialogue interdisciplinaire est constamment sollicité dans la mise en œuvre documentaire.

Cette conférence aura lieu dans le respect des consignes sanitaires en vigueur.

Contact : maelys.blandenet@ens-lyon.fr


1 réflexion sur « Atelier AgroCCol 18 octobre 2021 »

  1. Ping : Atelier AgroCCol 18 octobre 2021 – Les moissons d'hypothèses

Les commentaires sont fermés.